Le Centre MedSon est une école reconnue et agréée par :

Regroupement des intervenants et thérapeutes en médecine alternative

Regroupement des intervenants et thérapeutes en médecine alternative

Association des Naturothérapeutes du Québec

Association des Naturothérapeutes du Québec

Y-a-t-il eu un Son originel ?
Y-a-t-il eu un Son originel ?

par Emmanuel Comte, compositeur, chercheur, auteur et formateur

 

Notre monde est dominé par toutes sortes de concepts. Celui de l'origine sonore de l'Univers en est un. En s'appuyant tantôt sur la Bible, tantôt sur la théorie du bigbang, les adeptes de cette conception se retrouvent en grand nombre. Nous allons mettre ces théories en perspectives et les considérer de façon originale.

 

Emmanuel Comte est auteur des livres :

¤ Le Son de Vie, Québécor 2011

¤ Le Son des Vibrations, Québec-Livres 2015, Dangles, 2015.

¤ Le Son d'Harmonie, MedSon 2012.

 

Des questions ? Contactez-nous.

 

Copyright 2016 Centre de Recherche Medson

La page Facebook du Centre de Recherche Medson

La science des sons et des vibrations

Résumé
Emmanuel Comte est spécialisé dans l'enseignement des sons thérapeutiques depuis 1980, Il résume ici quelques idées développées dans ses livres.

 

On est en droit de se demander si la théorie inflationniste du grand boum (appelé communément Big-bang), heureusement battue en brèche par plusieurs scientifiques avant-gardistes et non-alignés auxquels nous allons nous référer ici, est valide ou non.

 

Nous livrons ici quelques réflexions de philosophie musico-cosmique.

Le Son est comme l'Univers : sans début ni fin

 

« l’Univers entier est rempli de son »

Le grand sage soufi Hazrat Inayat Khan (1882-1927 - photo ci-dessous), né en Inde dans une famille musicienne, fut compositeur, chanteur et joueur de vîna à la cour des Maharajas. En 1903, son maître spirituel, Murshid Sayyed Abu Hashim Madani, l'incite à harmoniser l'Orient et l'Occident par la musique. Inayat Khan est aujourd'hui connu comme l'auteur de nombreux ouvrages sur la mystique soufie, sur les sons et la voix.

 

Il nous révèle une belle spiritualité sonore, inspirée par les anciens derviches, pour qui le « son emplit le cosmos ».

 

La philosophie sonore n'est pas nouvelle et toutes les traditions spirituelles utilisent les sons vocaux ou instrumentaux comme moyens d'ascèse, de transe, d'éveil, voire de guérison. Par contre, les considérations actuelles qui s'y réfèrent font peut-être parfois preuve de dérapages. Par exemple, lorsqu'à partir du concept de cosmos sonore, certains auteurs extrapolent à partir de cette idée très pertinentepour en déduire d'audacieuses théories personnelles, faisant correspondre l' « origine » de l'Univers avec un son. Puis viennent alors toutes sortes d'autres spéculations et de correspondances étranges, entremêlant dans un mélimélo inextricable, les théories cosmologiques du bigbang, l'évangile de Jean, sans oublier la morphogénèse.

 

Maître Hazrat Inayat Khan, père du Soufisme universel,
voulait unir tous les peiuples et toutes les religions

 

Son originel ou Son éternel ?

Parler de Son « originel » est une notion délicate dans son interprétation, car selon nous, il n’y a pas d’origine à l’Univers mais plutôt un Tout, non né, non créé, sonore de tout éternité, sans début ni fin.

 

Citons au passage le discours des astrophysiciens les plus avancés, devenant sans le vouloir des sortes de musicologues du cosmos, lorsqu'ils décrivent symphoniquement leurs découvertes au sujet du murmure de l'Univers, appelé fond diffus cosmologique.

 

J’évoque par ailleurs ces sujets en les développant dans mon livre, Le Son de Vie et la sonorité des Mondes, paru chez Quebecor. Un chapitre entier est consacré à ce thème, tandis que d’autres l’évoquent largement, en lien avec le Pythagorisme et la Musique des Sphères qui représentent la ligne directrice de ce livre de philosophie sonore.

 

Le Son du silence

La plupart d'entre nous croient en l'existence du silence, qui est en fait une notion introuvable dans l'Univers. Le silence ne trouve aucun écho dans le Cosmos, qui par essence est vibratoire, donc sonore. Donc le silence n'existe pas.

 

Hazrat Inayat Khan aime aussi évoquer certaines perceptions mystiques, concernant Moïse, Jésus, Shiva ou Krishna et leur soi-disant audition du son silencieux et subtil appelé « Saute Surmad », la note de l’abstrait. Les perceptions réelles ou imaginaires de ces grands sages ou prophètes, font allusion peut-être à ce qu'on appelle la troisième oreille, ou audition télépathique et seraient à mettre au même diapason que celles de Pythagore, lorsqu'il évoquait la Musique des Sphères. Il en avait lui-même la perception subtile ou intuitive, car Pythagore ne disposait évidemment pas des outils technologiques et des sondes spatiales dont se servent actuellement les astrophysiciens pour écouter l'Univers.

 

Il est dit dans le soufisme : « Celui qui connaît le mystère du son, connaît le mystère de l’Univers entier ». Ce proverbe correspond aussi en tous points à la théorie pythagorique, voulant que : « Les lois qui régissent les sons soient les mêmes que celles qui régissent les Mondes ». Le pythagorisme n'est pas sans rappeler la démarche de l’astrophysicien David Bohm (1917-1992), lorsqu’il dit « Écouter un son, c’est être confronté à l’Univers ».

 

David Bohm - Pythagore

N'était-il pas légendaire de considérer aussi dans l'ancienne Inde, que le Seigneur Krishna nous reliait au moyen des sons de sa flûte, aux vérités éternelles et cosmiques? Voilà pourquoi l’utilisation des sons d'harmonie, qu’ils soient chantés ou créés par un instrument, est si profonde de sens, sans oublier les bols tibétains planétaires et les diapasons thérapeutiques, dont nous enseignons l'usage.

 

Pythagore dans son école de Crotone par Raphaël

 

Le Monde est-il Son ou le Son est-il Monde ?

Il y a une différence entre dire que le Monde est Son et que le Son est à l’origine du Monde.

 

Que le Monde soit Son, nous en convenons largement, spirituellement et scientifiquement. Que le Son soit à l’origine du Monde, nous ne suivons plus l’idée, car selon nous, l’Univers n’a pas d’origine : il n’y a pas de son Om originel, comme on l'entend si souvent; il n’y a qu’un Om éternel, sans début ni fin. C'est, disons, moins limitatif.

 

Et il serait d’ailleurs intéressant de disserter sur la réelle signification du mot sanscrit nada qui signifie bruit, son. La notion d’« originel » en ce qui concerne le son, en référence à la traduction du mot nada, n’existe simplement pas, étymologiquement. Prétendre le contraire est abusif.

 

Lorsqu’il est dit que Nada Brahma signifie « le Monde est son », nous acquiesçons. Parler a contrario du son Om comme étant le son originel, n’est plus conforme avec la vision pythagoricienne que nous épousons. Le son Om symbolise selon nous le son éternel, sans commencement ni fin, le son infini. Dans cette optique, le son est porteur de la vibration de l’infini, il est Le chemin qui nous mène à lui, le lien, imprégné de son essence cosmique, nous permettant de nous harmoniser avec lui, de nous fondre en lui, de nous fusionner avec lui et de reconnaître musicalement notre essence et notre essence cosmique et spirituelle.

 

Il s’agit là de détails peut-être. Pas pour nous. Cette mise au point est nécessaire dans un monde empoisonné spirituellement par l’idée majoritairement répandue et admise par la plupart, du bigbang et de l'hypothétique grand boum. Cette notion limitatrice et provocante est profondément réductrice. Elle est salutairement battue en brèche par d’éminents scientifiques tels que Neil Turok, qui propose contradictoirement l'alternative de cycles cosmiques infiniment répétés, d'un Univers alternativement contracté et dilaté de façon éternelle, comme une respiration semblable à un YinYang cosmique. Sa théorie avance que l’univers est infini, dans le temps et dans l’espace. Un autre savant, le taïwanais Wun-Yi Shu, propose quant à lui un Univers infini sans bigbang. Le bigbang représente en fait une théorie négationniste et dépassée au sujet de l'Univers. Cet Univers infini, qui nous compose et que nous composons. Le Son nous permet ainsi de nous sentir un, uni avec tout, sans séparations, ni entraves.

 

Le Son éternel

Selon nos propres recherches et conclusions, il n’y a donc pas de Son originel mais seulement un Son éternel, sans début ni fin, correspondant en tous point à cette Musique des sphères, évoquée généreusement par Maître Pythagore.

 

L'Univers est infini
Le Son nous permet de se laisser toucher par lui

 

Autres articles de Sonologie Flux RSS du Cenre de recherche MedSon

Le Principe de résonance - Les diapasons sympathiques

Sonologie 2014 - Résonance, Partie 1 Expérience

Les pendules de Huygens

Emmanuel Comte

Sonologie 2014 Résonance Partie 2 Les diapasons sympathiques

Emmanuel Comte

Références

¤ Emanuel Comte, Le Son de Vibrations Quebecor, 2014, Dangles, 2015.

¤ Emmanuel Comte Le Son de Vie, Ed. Quebecor, 2011.

¤ Emmanuel Comte, Le Son d'Harmonie, Ed. MedSon 2012.

  • Le Son touche l'enveloppe musicale de l'être.

  • La plus belle musique est celle qui émane de son être.

  • La musique est faite de silence. Le silence n'existe pas. La musique existe-t-elle ?